Côte-Rôtie et Condrieu

COMPTE RENDU DE DEGUSTATION

Mardi dernier nous avons assisté grâce à Oenoschool à une dégustation sur le thème Côte-Rôtie et Condrieu : deux belles appellations du Rhône. Une très belle soirée animée par Didier Frayssou, dont vous trouverez les commentaires et les notes ci-dessous.

 

Guigal Condrieu La Doriane 2007 ***(*)

La robe est légèrement évoluée de couleur or prononcé. Le nez est encore jeune, des notes d’abricot, violette, fumée, mentholée…La bouche est puissante avec de l’acidité, du volume, une belle intensité aromatique, et une amertume marquée en fin de bouche.

 

Georges Vernay Condrieu Côteaux de Vernon 2000 ***

Une robe dorée avec des reflets orangés. Un nez de fruits secs et de pêche, assez intense… des arômes de liquoreux. La bouche est plus équilibrée que la Doriane, sans amertume. Elle manque toutefois d’intensité aromatique. Un vin à boire rapidement.

 

Clusel Roch Côte Rôtie Les Grands Places 2012 **(*)

La robe est violacée, le nez  assez ouvert sur des notes épicées avec des arômes de cerise, de fleurs et de tabac. Très fruité, ce nez est proche de celui d’un Gamay. En bouche, le vin n’est pas à son avantage (acidité marquée, tanins assez strict) pour un millésime qui se goute normalement bien dans sa jeunesse. Cependant, sa concentration devrait permettre d’en faire un vin harmonieux d’ici 10 ans.

 

Burgaud Côte Rôtie 2010***(*)

Une robe pourpre et opaque avec un nez fermé de fruits noirs. La bouche est peu expressive mais l’équilibre et le toucher sont remarquables avec des tanins soyeux et une belle persistance.

 

Gérin Côte Rôtie les Grands Places 2013 ****

Un nez de fruits noirs sur des notes fumées et de tabac. L’attaque est très fruitée, avec une belle matière qui équilibre des tanins et une acidité présente. Un vin qui se livre très bien aujourd’hui. Une belle surprise pour un millésime réputé austère.

 

Guigal Côte Rôtie Brune et Blonde 2001**

La robe est claire et évoluée, le nez infusé sur les épices, les fruits cuits, le cuir…  Au palais, le vin est fluide et harmonieux avec une belle longueur mais manque un peu de complexité.

 

Guigal Côte Rôtie Château d’Ampuis 2001***

Le nez est complexe (fruits noirs, chocolat, animal, cuirs, épices,  fumées) avec une  pointe d’oxydation. L’équilibre en bouche est remarquable avec une belle concentration et des tanins  fondus.

 

Vidal Fleury Côte Rôtie la Chatillonne 2007 *****

Robe peu intense et peu évoluée. Le nez est très élégant (rose, violette, framboise, tabac) et  les notes d’élevage restent discrètes malgré 4 ans en fûts.

La bouche est d’une finesse remarquable avec une belle acidité et des tanins soyeux sur une longueur interminable. « La bouteille de la soirée « sur ce beau millésime 2007 !

 

Jamet Côte Rôtie 2002 ****

La robe est peu évoluée avec un nez de violette, de fruits noirs, d’épice. La bouche est très fruitée et suffisamment  concentrée pour équilibrer les tanins et l’acidité. Une très jolie surprise sur un millésime en demi-corps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *